Les effets cardiovasculaires de la respiration lente.

Quelle est la meilleure approche?

 

Préface : 

 

BRS est une mesure de la capacité du cœur à modifier efficacement et à réguler la pression artérielle conformément aux exigences d'une situation donnée.

 

La respiration lente augmente la sensibilité baroréflexe cardiaque-vagale (BRS), améliore la saturation en oxygène, abaisse la tension artérielle et réduit l'anxiété. Dans la tradition du yoga, la respiration lente est souvent associée à une contraction des muscles de la glotte. Ce souffle de résistance est appelé "Ujjayi" et elle est effectuée à différents taux et rapports d'inspiration / expiration. Pour tester si ujjayi avait des effets positifs supplémentaires à la respiration lente, nous avons comparé BRS et  la ventilation des paumons  sous différents modèles de respiration : égale / inégale inspiration / expiration, à 6 cycles respiratoires / min, avec / sans ujjayi. 

L’étude a été faite sur 17 jeunes participants sains, non pratiquants du yoga. BRS a augmenté avec des techniques de respiration lente avec ou sans expiration ujjayi (𝑃 <0,05 ou plus), sauf pendant les phases type « l'inspiration + expiration en ujjayi ».
L'augmentation maximale de BRS et la diminution de la pression artérielle ont été trouvés dans la respiration lente avec l'inspiration et l’expiration égales.

Cela correspond à une amélioration de la saturation en oxygène sans augmentation de la fréquence cardiaque et de la ventilation. La technique Ujjayi a démontré une augmentation similaire de l’oxygène mais une amélioration légèrement moindre de la sensibilité baroréflexe sans changement de pression sanguine.
La respiration lente avec l'inspiration et l'expiration égales semble être la meilleure technique pour améliorer la sensibilité baroreflex dans le cas des pratiquants non-expérimentés.
Les effets de ujjayi semblent dépendre de l'augmentation de la pression intrathoracique qui nécessite un effort plus important que la respiration normale lente.

(Ujjayi est une type de respiration plus adaptée pour la pratique des postures, donc les conclusions de l’étude semblent tout à fait logiques ; pour en lire plus : tapez "Ujjayi" dans le moteur de recherche du site)

 

 

Introduction :

Les recherches sur le processus respiratoire démontrent que la respiration lente (autour de 5-6 respirations par minute) chez l'adulte moyen, peut accroître l'activation vagale conduisant à la réduction de l’activité sympathique (calmer), augmentation de la sensibilité baroréflexe cardiaque-vagale (BRS), et augmentation de l'activation parasympathique qui est en corrélation avec la santé mentale et physique. 

 

BRS est une mesure de la capacité du cœur à modifier efficacement et à réguler la pression artérielle conformément aux exigences d'une situation donnée. Un degré élevé de BRS est donc un bon marqueur de la santé cardiaque.

 

L'augmentation de la BRS due à la respiration lente pourrait être présente en raison de l'augmentation du volume courant qui stimule la croissance de réflexe de Hering-Breuer, un réflexe inhibiteur déclenché par des récepteurs étirables dans les poumons qui se nourrissent du vagus. En outre, le une respiration lente augmente l'absorption d'oxygène qui découle de plus grand volume courant (𝑉𝑡), en raison de la réduction des effets de l'espace anatomique et physiologique mort . Cela à son tour produit un autre effet positif, c'est-à-dire une réduction dans le besoin de respirer. 

 

Ujjayi - respiration de résistance, une pratique respiratoire enseignée par la tradition yogique, réduit le flux d'air, et pendant l'expiration on augmente la pression intrathoracique due à une légère contraction des muscles de la glotte, ce qui entraîne une activité vagale.

 

L'augmentation de la pression intrathoracique pendant l'expiration doit également augmenter l'absorption d’oxygène, potentiellement élevant la pression artérielle plus que la respiration lente seule et d'induire un plus grand BRS. 

Enfin, la respiration facilite un meilleur contrôle de l'écoulement d'air et, par conséquent, du rythme respiratoire. 

 

Par conséquent, Ujjayi peut être une méthode plus efficace pour la médecine complémentaire et alternative que la respiration lente en soi. En conséquence, nous avons testé si la respiration ujjayi améliorerait la saturation en oxygène et BRS plus que la respiration lente seule.

 

 

 

 

2. Matériels et méthodes : 

Sujets. Le protocole de cette étude a été approuvé par le Comité d'Ethique de l'Université de Pavie, Italie, et tous les participants ont donné leur consentement éclairé pour participer à cette étude.

 

17 jeunes participants en bonne santé ont été recrutés par le bouche-à-oreille parmi les étudiants et le personnel de l’université. Les participants ont fourni des renseignement sur leur niveau général de condition physique, leur niveau d’aptitude sportive (y compris les spécialités qui mènent à des pratiques similaires au yoga comme plongée et arts martiaux), le tabagisme et l'alcool avec la consommation moyenne. Ces caractéristiques et les caractéristiques anthropométriques des sujets sont indiqués dans le tableau 1.

Quantité

Sex

Age

Poids

Taille

Indice du poids corporel 

Sessions d'entrainement / semaine

Quantité des plats / semaine 

Fumeurs 

Alcool (verres / semaine) 

Pratiquants de la plongée, arts mart.

Caractéristiques des participants 

Protocole.

Avant le test, les participants ont passé environ 10 minutes pour apprendre à faire ujjayi avec un prof de yoga qualifié. Ils ont ensuite été reliés aux appareils de mesure. La phase d'essai comprenait 7 conditions distinguées par le taux de respiration et l'inclusion ou non de ujjayi. 

 

Bien que les effets décrits pour ujjayi doivent normalement avoir lieu pendant l'expiration (comme il est pratiqué normalement), nous avons également inclus ujjayi pendant les deux phases : inspiration et l'expiration, comme le suggèrent certains professeurs de yoga. 

 

 

 

Nous avons aussi décidé d'exécuter l'ujjayi sans l'addition de "Bandhas" (c'est-à-dire, des contractions au niveau du périnée ou l'abdomen ou le menton près de la poitrine), puisque pour les participants non expérimentés, ces mouvements additionnels sont difficile à réaliser sans la pratique préalable. Ceci est également en accord avec de nombreuses écoles de yoga, qui n'associent pas forcément les bandhas avec ujjayi. 

 

 

Les enregistrements ont eu lieu en position dorsale pendant 3 minutes avec la respiration spontanée, pendant 2 minutes de respiration contrôlée à une fréquence similaire à la respiration normale spontanée (15 respirations / minute), et pendant des périodes de 2 minutes de respiration profonde lente au taux de 6 cycles / minute avec un rapport égal ou inégal d'inspiration /expiration et avec ou sans ujjayi 

 

(Tableau 2 rapporte la méthodologie pour les différents enregistrements).

Rythme respiratoire 

1. Spontané 

2. Rapide : 15/min : (2 sec. inspiration + 2 sec. expiration)

3. Lent : 6/min : (5 sec. inspiration + 5 sec. expiration) 

4. Lent : 6/min : (5 sec. inspiration + 5 sec. expiration) 

5. Lent : 6/min (5 sec. inspiration + 5 sec. expiration)

6. Lent : 6/min (3 sec. inspiration + 7 sec. expiration)

7. Lent : 6/min (3 sec. inspiration + 7 sec. expiration)

3. Résultats

Les résultats sont présentés dans le tableau 3 et la figures 1. 

Dans l'ensemble, les données étaient cohérentes et nous n’avons pas trouvé des différences entre les participants masculins et féminins.

 

BRS (figure 1). Par rapport à la respiration spontanée, une respiration rapide a entraîné une diminution du BRS, et la respiration lente (avec ou sans respiration ujjayi) a augmenté le BRS.

Cette augmentation a été observée à la fois dans la respiration symétrique (5 secondes inspiration et 5 sec expiration) et asymétrique (3 secondes inspiration et 7 secondes expiration) les conditions de respiration lente.

Ujjayi respiration avait démontré l’effet de la réduction de l'augmentation du BRS pendant la respiration lente seule, et ceci a encore été réduit avec ujjayi sur l’inspiration et l'expiration (qui n'était pas significativement plus élevé que la ligne de base).

Ces différences sont encore plus prononcées en ce qui concerne la respiration contrôlée à 15 cycles / minute, ce qui a démontré des différences très significatives par rapport à  la respiration spontanée, mais dans la direction opposée.

La saturation en oxygène, le dioxyde de carbone et la ventilation :

La respiration lente et la respiration contrôlée de 15 respirations / minute ont augmenté la saturation en oxygène par rapport à la ligne de base.

Lorsque la respiration lente a été faite en conjonction avec ujjayi, la saturation en oxygène a encore légèrement augmenté, mais cependant, il s'agissait d'un changement très important étant donné que la saturation initiale en oxygène était déjà élevée -> environ 98,3% (tableau 3). 

 

 

Fréquence cardiaque et tension artérielle. 

Sauf pour la respiration lente avec l’inspiration égale au temps d'expiration, toute respiration lente a réduit l’intervalle RR (augmenté la fréquence cardiaque). Ujjayi ( * au calme, et non pendant la pratique des postures_AP ) a augmenté la fréquence cardiaque plus par rapport à la respiration lente

seule. 

RR Interval (ms)

Tension sang. systolique
(mmHg) 

Tension sang.diastolique

(mmHg)

Saturation en oxygène (%) 

Dioxyde de carbon (mmHg)

Vt (respiration spontané)

Ve (respiration spontané) 

Table 3 : Effets respiratoires sur les variables cardiovasculaires

La respiration lente a réduit la pression diastolique du sang, en particulier lorsqu'elle est pratiquée avec une inspiration égale au temps d'expiration. Ujjayi a aussi réduit la chute dude la pression sanguine induite par une simple respiration lente (tableau 3). 

 

 

 

4. Discussion

La présente étude a montré que, dans presque toutes les formes de la respiration yogique effectuée par les participants on a obtenu une augmentation de BRS (seulement la respiration lente avec ujjayi pendant l'inspiration et l'expiration n'a pas démontré des résultats statistiquement significatives) et la saturation en oxygène, avec des pressions sanguines réduites. 

 

La plus grande amélioration a été trouvée dans la respiration lente sans ujjayi, par contre la respiration contrôlée à un taux de 15 respirations / min a entraîné une baisse de BRS. 

Dans toutes les ormes de la respiration lente, on a pu constaté un effet statistiquement significatif d’augmentation de la saturation en oxygène par rapport à son niveau initial, confirmant la relation entre les niveaux élevés de l’absorption d'oxygène et le BRS. 

 

Cependant, ujjayi a montré la saturation la plus élevée, mais elle ne correspondait pas à la plus forte amélioration du BRS, probablement due à l'augmentation de l'effort respiratoire (comme

rythme cardiaque augmenté). 

 

Ces résultats montrent que la respiration lente simple avec l'inspiration égale à l'expiration est le meilleur compromis pour obtenir des effets cardio-respiratoires positifs dans les pratique de yoga des personnes non expérimentés. 

 

 

 

 

5. Conclusions

Basé sur nos résultats, la respiration lente avec les délais de l’inspiration similaires et aux délais d'expiration est la plus efficace et le meilleur moyen pour d'augmenter le BRS et améliorer l’oxygénation. Ujjayi  a démontré un bénéfice limité complémentaire sur la respiration lente faite à 6 respirations / min; cependant, les effets pourraient être plus prononcés dans le cas d’hypoxie, et cela pourrait faire l'objet de futures enquêtes. 

 

Comme nous n'avons pas trouvé de différence significative entre la respiration symétrique et asymétrique, il est suggéré que les praticiens puissent utiliser le ratio dans lequel ils sont personnellement à l'aise et ils pourront attendre le même effet au niveau de BRS. 

 

Ces résultats pourraient être utiles dans le choix de la stratégie optimale pour former les patients en cours de réadaptation basé sur les pratiques de yoga. Comme l'ont montré des études précédents, les patients souffrant de pathologies différentes (comme les troubles cardiaques, l'hypertension) peuvent bénéficier de la pratique de cette respiration lente, alors qu'aucune contre-indication à ce jour n’a été signalée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

article source (english) : https://www.hindawi.com/journals/ecam/2013/743504/

 

 

HeatherMason,1 Matteo Vandoni,2 Giacomo deBarbieri,3 Erwan Codrons,2

Veena Ugargol,4 and Luciano Bernardi2,3

1 Department of Neuroscience, Roehampton University, London, UK

2Department of Public Health and Neuroscience, University of Pavia, Pavia, Italy

3Department of Internal Medicine, University of Pavia and IRCCS San Matteo, Pavia, Italy

4Department of Psychology,The Open University, London, UK

Correspondence should be addressed to Luciano Bernardi; lbern1ps@unipv.it

Received 18 December 2012; Accepted 22 March 2013

Academic Editor: Elisa Harumi Kozasa

 

References

[1] R. P. Brown and P. L.Gerbarg, “SudarshanKriyaYogic breathing

in the treatment of stress, anxiety, and depression: Part II—

clinical applications and guidelines,” Journal of Alternative and

Complementary Medicine, vol. 11, no. 4, pp. 711–717, 2005.

[2] L. Bernardi, C. Porta, L. Spicuzza et al., “Slow breathing

increases arterial baroreflex sensitivity in patients with chronic

heart failure,” Circulation, vol. 105, no. 2, pp. 143–145, 2002.

[3] C. N. Joseph, C. Porta, G. Casucci et al., “Slow breathing

improves arterial baroreflex sensitivity and decreases blood

Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine 7

pressure in essential hypertension,” Hypertension, vol. 46, no.

4, pp. 714–718, 2005.

[4] T. Raupach, F. Bahr,P.Herrmann et al., “Slowbreathing reduces

sympathoexcitation in COPD,” The European Respiratory Journal,

vol. 32, no. 2, pp. 387–392, 2008.

[5] G. M. De Ferrari, A. Sanzo, A. Bertoletti,G. Specchia, E. Vanoli,

and P. J. Schwartz, “Baroreflex sensitivity predicts long-term

cardiovascular mortality after myocardial infarction even in

patients with preserved left ventricular function,” Journal of the

American College of Cardiology, vol. 50, no. 24, pp. 2285–2290,

2007.

[6] H. Wang, H. Zhang, G. Song, and C. S. Poon, “Modulation of

hering-breuer reflex by ventrolateral pons,” Advances in Experimental

Medicine and Biology, vol. 605, pp. 387–392, 2008.

[7] L. Bernardi, G. Spadacini, J. Bellwon, R. Hajric, H. Roskamm,

and A. W. Frey, “Effect of breathing rate on oxygen saturation

and exercise performance in chronic heart failure,” The Lancet,

vol. 351, no. 9112, pp. 1308–1311, 1998.

[8] B. Oneda, K. C. Ortega, J. L.Gusm˜ao et al., “Sympathetic nerve

activity is decreased during device-guided slow breathing,”

Hypertension Research, vol. 33, no. 7, pp. 708–712, 2010.

[9] K. Narkiewicz,P. vande Borne, N.Montano, D. Hering,T.Kara,

andV.K. Somers, “Sympathetic neural outflowand chemoreflex

sensitivity are related to spontaneous breathing rate in normal

men,” Hypertension, vol. 47, no. 1, pp. 51–55, 2006.

[10] V. K. Somers, A. L. Mark, and F. M. Abboud, “Interaction of

baroreceptor and chemoreceptor reflex control of sympathetic

nerve activity in normal humans,” Journal of Clinical Investigation,

vol. 87, no. 6, pp. 1953–1957, 1991.

[11] L. Bernardi, A. Gabutti, C. Porta, and L. Spicuzza, “Slow breathing

reduces chemoreflex response to hypoxia and hypercapnia,

and increases baroreflex sensitivity,” Journal of Hypertension,

vol. 19, no. 12, pp. 2221–2229, 2001.

[12] C. D. Steinback, D. Salzer, P. J.Medeiros, J. Kowalchuk, and J. K.

Shoemaker, “Hypercapnic vs. hypoxic control of cardiovascular,

cardiovagal, and sympathetic function,” The American Journal

of Physiology, vol. 296, no. 2, pp. R402–R410, 2009.

[13] D. P. Francis, L. C. Davies, K. Willson, P. Ponikowski, A. J.

S. Coats, and M. Piepoli, “Very-low-frequency oscillations in

heart rate and blood pressure in periodic breathing: Role of the

cardiovascular limb of the hypoxic chemoreflex,” Clinical Science,

vol. 99, no. 2, pp. 125–132, 2000.

[14] R. P. Brown and P. L.Gerbarg, “SudarshanKriya yogic breathing

in the treatment of stress, anxiety, and depression: Part I—neurophysiologic

model,” Journal of Alternative and Complementary

Medicine, vol. 11, no. 1, pp. 189–201, 2005.

[15] E. Jovanov, “On spectral analysis of heart rate variability during

very slow yogic breathing,” in Proceedings of the 27th Annual

International Conference of the Engineering in Medicine and

Biology Society (IEEE-EMBS ’05), pp. 2467–2470, September

2005.

[16] T.Ruan, C. Y. Ho, and Y. R. Kou, “Afferent vagal pathwaysmediating

respiratory reflexes evoked by ROS in the lungs of anesthetized

rats,” Journal of Applied Physiology, vol. 94, no. 5, pp.

1987–1998, 2003.

[17] S. Telles and K.V.Naveen, “Voluntary breath regulation in yoga:

its relevance and physiological effects,” Biofeedback, vol. 36, pp.

70–73, 2008.

[18] D. Laude, J. L. Elghozi, A. Girard et al., “Comparison of various

techniques used to estimate spontaneous baroreflex sensitivity

(the EuroBaVar study),”TheAmerican Journal of Physiology, vol.

286, no. 1, pp. R226–R231, 2004.

[19] L. Bernardi, G. de Barbieri, M. Roseng˚ard-B¨arlund et al., “New

method to measure and improve consistency of baroreflex

sensitivity values,” Clinical Autonomic Research, vol. 20, no. 6,

pp. 353–361, 2010.

[20] G. Bertinieri,M. di Rienzo, and A. Cavallazzi, “A new approach

to analysis of the arterial baroreflex,” Journal of Hypertension,

vol. 3, no. 3, pp. S79–S81, 1985.

[21] M. Pagani, V. Somers, R. Furlan et al., “Changes in autonomic

regulation induced by physical training in mild hypertension,”

Hypertension, vol. 12, no. 6, pp. 600–610, 1988.

[22] G. D. Pinna and R. Maestri, “Reliability of transfer function

estimates in cardiovascular variability analysis,” Medical and

Biological Engineering and Computing, vol. 39, no. 3, pp. 338–

347, 2001.

[23] M. J. Tobin, G. Jenouri, and B. Lind, “Validation of respiratory

inductive plethysmography in patients with pulmonary disease,”

Chest, vol. 83, no. 4, pp. 615–620, 1983.

[24] J. Askanazi, P. A. Silverberg, and R. J. Foster, “Effects of respiratory

apparatus on breathing pattern,” Journal of Applied

Physiology Respiratory Environmental and Exercise Physiology,

vol. 48, no. 4, pp. 577–580, 1980.

[25] L. Bernardi, M. Roseng˚ard-B¨arlund, A. Sandelin et al., “Shortterm

oxygen administration restores blunted baroreflex sensitivity

in patients with type 1 diabetes,” Diabetologia, vol. 54, no.

8, pp. 2164–2173, 2011.

[26] J. G. van denAardweg and J. M. Karemaker, “Influence of chemoreflexes

on respiratory variability in healthy subjects,” The

American Journal of Respiratory and Critical CareMedicine, vol.

165, no. 8, pp. 1041–1047, 2002.

[27] J. L. Bruning and B. L. Kintz, Computational Handbook of Statistics,

Scott Foresman, Glenview, IL, USA, 1968.

[28] W. S. Waring, A. J. Thomson, S. H. Adwani et al., “Cardiovascular

effects of acute oxygen administration in healthy adults,”

Journal of Cardiovascular Pharmacology, vol. 42, no. 2, pp. 245–

250, 2003.

[29] L. Bernardi, C. Passino, V. Wilmerding et al., “Breathing patterns

and cardiovascular autonomic modulation during hypoxia

induced by simulated altitude,” Journal of Hypertension, vol.

19, no. 5, pp. 947–958, 2001.

[30] A. J. Buda, M. R. Pinsky, and N. B. Ingels Jr., “Effect of intrathoracic

pressure on left ventricular performance,” NewEngland

Journal of Medicine, vol. 301, no. 9, pp. 453–459, 1979.

[31] R. Jerath, J. W. Edry, V. A. Barnes, and V. Jerath, “Physiology

of long pranayamic breathing: Neural respiratory elementsmay

provide a mechanism that explains how slow deep breathing

shifts the autonomic nervous system,” Medical Hypotheses, vol.

67, no. 3, pp. 566–571, 2006.

[32] P. Calabrese, T. P. Dinh, A. Eberhard, J. P. Bachy, and G.

Benchetrit, “Effects of resistive loading on the pattern of breathing,”

Respiration Physiology, vol. 113, no. 2, pp. 167–179, 1998.

[33] L. Spicuzza, A. Gabutti, C. Porta, N.Montano, and L. Bernardi,

“Yoga and chemoreflex response to hypoxia and hypercapnia,”

The Lancet, vol. 356, no. 9240, pp. 1495–1496, 2000.

[34] D. C. Stanescu, B.Nemery, C. Veriter, and C.Mar´echal, “Pattern

of breathing and ventilatory response to CO2 in subjects

practicing hatha-yoga,” Journal of Applied Physiology, vol. 51,no.

6, pp. 1625–1629, 1981.

[35] A. J. Bowman, R. H. Clayton, A. Murray, J.W.Reed, M. F. Feisal

Subhan, and G. A. Ford, “Baroreflex function in sedentary and

endurance-trained elderly people,” Age and Ageing, vol. 26, no.

4, pp. 289–294, 1997.

Télécharger cet article ? 

  • YouTube
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône
  • YogaPlus
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

2020 Conférence Plus - Référencement ASI

Adopter une démarche préventive, Sécurité des salariés, Organisationnelles, Protection collective, Plan d action, Prévention santé, Acteurs de la prévention, Chef d entreprise, Santé des travailleurs, Analyse des risques, Lieux de travail, Politique de prévention, Démarche de prévention, Hygiène et de sécurité, Protection individuelle, Évaluer les risques, Santé et sécurité, Risques liés, Organisation du travail, Amélioration des conditions, Chsct, Principes généraux, Postes de travail, Tms, Évaluation des risques professionnels, Santé au travail, Mesures de prévention, Santé et sécurité au travail, Pénibilité, Maladies professionnelles, Inrs, Accidents du travail, Risques psychosociaux, Psychosociaux, Employeur, Professionnelles, Évaluation, Conditions de travail, Professionnels, Évaluation des risques